Avec les questches du jardin, j'ai tenté ce gâteau autrichien, que je ne connais pas.



zwetsch._13

Après avoir battu mes blancs, j'ai attaqué la réalisation de la pâte.

 

zwetsch._011

 

 

 

Il est indiqué de "malaxer vigoureusement le beurre afin de le réduire en crème". Je ne suis pas certaine d'avoir réussie parfaitement cette étape. Je me suis servie de mon batteur (la fourchette ne donnant aucun résultat). J'aurai, je pense, du laisser mon beurre ramollir plus longtemps et y aller peut-être carrément avec les mains ....

 

 

 

 

zwetsch._02

 

J'ai ensuite rajouté le sucre et mélangé. J'ai obtenu un pate onctueuse, mais compacte.

zwetsch._031




zwetsch._04

J'ai rajouté les jaunes d'oeuf.

zwetsch._05



zwetsch._06



Puis la farine

 

 

zwetsch._07

 

zwetsch._08




J'ai intégré les blancs en neige, du mieux que j'ai pu, la pâte étant toujours aussi consistante

zwetsch._09

 

 

 

zwetsch._10




zwetsch._11




Suivant toujours la recette du mieux que je pouvais, j'ai réparti la pâte obtenue dans mon moule.



zwetsch._12

 

 

Que dit la recette ensuite ?

"Incruster les prunes entières, étirées sur toute leur longueur et striées de six coups de couteau"

Un problème s'est posé à moi .....

Voyez mes prunes à côté du moule à gâteau !

 

zwetsch._15



J'ai quand même essayé d'incruster mes fruits

zwetsch._14


Mais la pâte se "tenait" trop pour y enfoncer les fruits facilement et sans dégâts.

Comment pourrais-je bien me sortir de ce mauvais pas ...

 

Ni une, ni deux, j'ai enlevé une partie de la pâte

zwetsch._16



j'ai disposé mes fruits le plus harmonieusement possible



zwetsch._17

que j'ai ensuite recouvert avec le surplus de pâte ... au couteau !



zwetsch._18




zwetsch._19


Saupoudrez de sucre glace


zwetsch._20


Après passage au four réglementaire, le résultat n'était pas trop mal.

Plutôt joli à voir même.

Le goût en était agréable, mais la consistance un peu .. lourde. Je doute que mes blancs en neige ait pu aérer correctement la pâte !

 

zwetsch._21

 

En conclusion, je pense qu'il faut travailler un beurre bien bien ramolli et avec le recul cela me semble tellement évident !